Maisons de la rue Girouard (17)
Maison T.-D. Bouchard


France Labossière
Publié dans Le Courrier de Saint-Hyacinthe le 20 janvier 2011.
 


Maison T.D. Bouchard


La maison située au 3155 Girouard Ouest fut bâtie pour un personnage qui a grandement marqué l’histoire de Saint-Hyacinthe : Télesphore-Damien Bouchard. Peu de personnages ont une feuille de route aussi impressionnante. En effet, monsieur T.D. Bouchard occupe au fil des ans les fonctions de journaliste, d’échevin, de maire, de député, de ministre et de sénateur. Né à Saint-Hyacinthe en 1881, il collabore d’abord à titre de journaliste à « La Patrie » et à « La Presse » puis comme rédacteur en chef de « La Tribune » puis de « l’Union », ce dernier étant un journal maskoutain dont il devient propriétaire en 1903 et qui change de nom pour « Le Clairon » en 1912.


Monsieur Bouchard est élu échevin en 1905. Il devient, en 1912, député pour le Parti libéral du comté de Saint-Hyacinthe, et ce jusqu’en 1944, à l’exception des années 1919 à 1923. En plus de ses fonctions de député, il occupe celles de maire de 1917 à 1930, et de 1932 à 1944. En 1935, il est nommé ministre des affaires municipales, du commerce et de l’industrie et en 1936, ministre des terres et forêts. La même année, il devient chef de l’Opposition, puis redevient ministre des travaux publics en 1939. On le nomme sénateur de la division des Laurentides en 1944.


En 1922, monsieur Bouchard achète de madame Sylvie Vermeersch, veuve de Bernard Benoit Coucke horticulteur, un « morceau de terre étant toute la partie du dit lot numéro 1091 comprise entre la rue Girouard et la rivière Yamaska » sur lequel sera construite la maison à l’été 1924 puisque le 12 juillet de la même année, il contracte une hypothèque pour laquelle « il promet et s’oblige de finir et parachever la dite maison suivant les règles de l’art et de payer et acquitter ses ouvriers et fournisseurs de matériaux de manière à ce qu’aucun d’eux ne puisse avoir de privilège sur le dit immeuble. »


La maison d’un étage et demi lambrissée de stucco présente de nombreux éléments empruntés au mouvement « Arts and Crafts » en vogue au début du XXe siècle : toit à deux versants de pente faible, partie supérieure des murs extérieurs en colombage, fenêtres à meneaux avec imposte et chevrons visibles sous l’extrémité des versants de toit. Le portique d’entrée utilise un vocabulaire classique avec son fronton assis sur des colonnes et pilastres doriques alors que la balustrade de la terrasse au sommet du garage est d’influence néo-Renaissance.


Cette résidence qui tire profit de l’étroitesse du terrain, possède des pièces originales dont une à l’arrière, en porte-à-faux, qui surplombe carrément la rivière Yamaska, très visible sur l’ancienne photographie aérienne. Une annexe décrite au plan d’assurance de 1950 sous l’appellation de « greenhouse », prend place aux côtés du garage, à un niveau inférieur. Un pavillon hexagonal aux ouvertures cintrées surmontées de treillis lattés d’influence orientale agrémente le site.


Monsieur Bouchard vend la résidence en 1958. Maître Gaëtan Sylvestre, juge de la Cour supérieure, l’habitera jusqu’en 1962.


T.D. Bouchard et la maison Morin


Les dernières recherches effectuées sur T.D. Bouchard, plus particulièrement deux petites annonces parues dans « Le Clairon » de 1912, nous permettent d’apporter des précisions concernant une autre maison habitée par monsieur Bouchard : la maison Morin  située au coin des rues Larocque et Girouard.


La première annonce nous permet de constater, contrairement à ce qui avait été écrit, que monsieur Bouchard fut propriétaire de la maison Morin dès 1912 : « Servante demandée. On demande une servante générale. Pas de lavage. S’adresser chez M.D.T. Bouchard, 320, rue Girouard. » Monsieur Bouchard habitait donc déjà la maison Morin à cette date, le 320 rue Girouard correspondant au 2790 d’aujourd’hui. La confusion vient du fait que monsieur Bouchard possédait également à l’époque la maison voisine, située sur le même lot.


La deuxième annonce se lit comme suit : « Réparations. M.D.T. Bouchard est à faire diviser en deux superbes logements la jolie maison appartenant anciennement à M. Joseph Morin et située sur le Boulevard Girouard. Un de ces logements sera à louer et pourra être occupé sous peu ou au premier mai seulement au désir du locateur. Il comprendra dix appartements avec chambre de bain. » Cette annonce apporte une information très importante car elle nous indique que la modification et l’agrandissement sur le côté Est de la maison datent de 1912.


Les contrats indiquent que monsieur Bouchard s’était alors préservé « le droit de vue pour les fenêtres et ouvertures existant actuellement dans le mur nord-est de la maison construite sur cette partie dudit lot, le droit pour la galerie se trouvant dans ce même mur, le droit de maintenir le perron de l’entrée conduisant aux logements supérieurs et le droit d’empiètement de la corniche de cette maison ».


L’honorable T.D. Bouchard sera propriétaire de la maison Morin de 1912 à 1948 mais habite le 3155 Girouard Ouest dès 1924.


Photos:
Vue aérienne 1955. Centre d'histoire de Saint-Hyacinthe, CH116/AP-06041 Studio Lumière.
France Labossière, 2007.


Cet article fait partie d'une longue série.


<< Article 16                         Article 18 >>