Maison de la rue Girouard (4)
Maison Louis Côté


Par Fance Labossière
Publié dans Le Courrier de Saint-Hyacinthe le 15 mai 2009


Le dernier article de la série 3 maisons, 3 maires, traitera de la maison située à l’angle des rues Girouard et Sainte-Marie : la maison de monsieur Louis Côté, industriel et maire de la ville, de 1882 à 1886.


Nous ne parlerons certainement pas de la maison Côté à cause de la qualité de préservation de la maison d’origine ! En effet, en comparant l’illustration tirée de la revue Saint-Hyacinthe illustré en date de 1886 et la photo actuelle, il est difficile de croire qu’il est bel et bien question de la même demeure…


La maison d’origine est de composition classique à cause de la distribution symétrique de ses éléments tels fenêtres et cheminées. Le gable qui se détache de la façade pour faire office de portique est un élément qui donne de la verticalité à la composition et qui constitue une des premières manifestations du style néo-gothique. Cette maison monumentale a été bâtie en 1864 pour le notaire Horace St-Germain qui avait épousé l’année précédente madame Marie Élizabeth Aurélie Têtu, fille de Jean-François Têtu, notaire et registrateur de 1842 à 1848.


En effet, monsieur St-Germain achète en 1862 un terrain situé en la cité de Saint-Hyacinthe, vis-à-vis le terrain de l’ancien palais de justice,… prenant devant à la rue Girouard, au nord-est à la rue Sainte-Marie, au nord-ouest à la rue Dessaulles et au sud-ouest au terrain d’Adolphe Malhiot, sans bâtisse…Un contrat d’hypothèque en date de 1863 fait encore état du terrain, sans bâtisse alors qu’un autre document notarié fait mention, en 1864, de la maison en brique en construction… dont la maçonne est finie… et que le débiteur s’engage à faire assurer à une compagnie d’assurance aussitôt que la bâtisse sera couverte…


Horace St-Germain était notaire et registrateur, c’est-à-dire responsable de l’enregistrement officiel de tous les contrats notariés, fonction héritée de son beau-père, qu’il conservera de 1848 à 1879. Monseigneur Choquette, dans son livre Histoire de la ville de Saint-Hyacinthe, mentionne, en page 191 : En mai 1853, M. Saint-Germain avait installé le bureau d’enregistrement dans une sorte de hutte en briques, sans étage, semblable à un garage, rue Girouard, entre les immeubles nos 138 et 140.


Il y avait donc autrefois un petit bâtiment entre les maisons Malhiot dont nous avons parlé la semaine dernière, et la maison Côté. Le plan d’assurance de 1880 indique clairement le petit bâtiment disparu depuis, au-dessus duquel on peut lire la mention register office. C’est donc dire qu’en 1853, monsieur St-Germain travaillait dans son bureau situé à-côté de sa maison (i.e. maison Malhiot), ce qu’il continuera de faire quand il déménagera en 1864 dans la maison voisine (i.e. maison Côté), le bureau étant à mi-chemin entre les deux.


En 1879, le bureau d’enregistrement déménage sur la rue du Palais puis le notaire St-Germain vend en 1880 sa maison en brique, couverte de fer blanc, avec une voûte à l’épreuve du feu préparée pour le bureau d’enregistrement du Comté de Saint-Hyacinthe… à la Corporation du Comté de Saint-Hyacinthe.


Sans en être propriétaire, l’honorable Pierre Bachand habitera la demeure quelque temps puisque son nom est écrit sur le plan d’assurance de 1880, au-dessus de la maison Côté. Monsieur Pierre Bachand, avocat, est né en 1835. Il fait une partie de ses études au Séminaire et étudie le droit avec monsieur Louis-Victor Sicotte. Il est l’un des fondateurs de la Banque de Saint-Hyacinthe, conseiller municipal de 1863 à 1867 et député provincial libéral en 1867, 1871, 1875 et à nouveau en 1878.


Monseigneur Choquette, mentionne en page 292 de son livre Histoire de la ville de Saint-Hyacinthe : M. Pierre Bachand, honorable trésorier provincial, expira dans sa grande maison de brique, à l’angle ouest des rues Girouard et Sainte-Marie… et, en page 192, que le numéro 138 bâti par M. le registrateur Saint-Germain, eut pour hôtes successifs l’honorable P. Bachand, M. Louis Côté et présentement M. Lafrance.


En 1881, monsieur Louis Côté achète la résidence. Celui-ci, en plus de siéger et de diriger le Conseil de ville, est propriétaire d’une entreprise florissante du domaine de la chaussure à Saint-Hyacinthe et également inventeur. Comme monsieur Jean-Noël Dion le relate dans son livre Saint-Hyacinthe, des vies, des siècles, une histoire… monsieur Côté était l’inventeur de machines qui révolutionneront l’industrie de la chaussure… Ces machines avaient été exposées à l’Exposition de Paris et il s’était mérité un premier prix et une médaille… Cet industriel possédait même à Paris, un établissement pour l’exploitation des contreforts de chaussures !


Après le décès de monsieur Côté, la maison sera rachetée par entre autres, monsieur Euchariste Lafrance, négociant en gros, puis par le Club Maskoutain, en 1932.


Illustrations:
Centre d’histoire de Saint-Hyacinthe, CH478/14 Collection photographies et illustrations, 1886.
Photo: France Labossière, 2007.


Cet article est le quatrième d'une grande série.


<< Article 3                                  Article 5 >>