Un nouveau nom pour le comté fédéral


Jeudi, le 17 mai, à Acton Vale, la députée Brigitte Sansoucy annonçait lors d’une conférence de presse que le comté de Saint-Hyacinthe-Bagot allait porter le nom de Saint-Hyacinthe-Acton. Ce changement sera effectif lors de la dissolution de la Chambre des communes, à l’aube des élections prévues à l’automne 2019.


Le travail  de réflexion, de recherche et de validation des données historiques menant au changement de nom a été effectué en amont avec la collaboration de l’historien-archiviste Luc Cordeau, directeur général du Centre d’histoire de Saint-Hyacinthe.


Les comtés de Saint-Hyacinthe et de Bagot ont été créés avant la Confédération de 1867. En effet, le comté de Saint-Hyacinthe en 1829, à l’époque du Bas-Canada, et le comté de Bagot en 1853, pendant la période du Canada-Uni. À la suite de la Confédération de 1867, les comtés de Saint-Hyacinthe et de Bagot demeurent des comtés distincts sur les scènes fédérale et provinciale.


Le comté de Bagot
D’abord, il est bon de préciser que le nom de Bagot est associé à Charles Bagot (1781-1843), né en Angleterre, Gouverneur de la province du Canada de 1841 à 1843.

Contrairement au comté de Saint-Hyacinthe, le comté de Bagot est disparu tant au niveau fédéral que provincial. D’abord au niveau fédéral, le comté a cessé d’exister en 1935 (1867-1935) en étant intégré au comté de Saint-Hyacinthe pour former le comté de Saint-Hyacinthe-Bagot de 1935 à 1968. Par la suite, de 1968 à 1984, le nom de Bagot disparait complètement puisque le comté se nomme Saint-Hyacinthe. Enfin, depuis 1984, le nom de Bagot revient et le comté est désigné sous le nom de Saint-Hyacinthe-Bagot.

Au niveau provincial, le comté de Bagot a existé de 1853 à 1973. Sur le terrain, le territoire du comté de Bagot a été remplacé en partie par le comté de Johnson.

Un nom qui s’efface au fil du temps
Depuis la disparition du comté provincial de Bagot en 1973, l’attachement au nom de Bagot a beaucoup diminué au cours des ans. Le nom de Bagot a disparu davantage lors de l’abolition des anciennes municipalités de comtés (1847-1979) au moment de la création des MRC actuelles qui ne portent plus le nom d’un comté.

À part la municipalité de Sainte-Hélène-de-Bagot et quelques compagnies où l’on retrouve le nom de Bagot, ce nom ne semble plus avoir de signification pour les nouvelles générations.

Les limites territoriales de l’actuel comté fédéral de Saint-Hyacinthe-Bagot représentent l’ensemble du territoire de deux MRC, celles des Maskoutains (Saint-Hyacinthe) et d’Acton. Il y a des municipalités de la MRC d’Acton qui sont également dans le comté de Saint-Hyacinthe-Bagot et qui n’ont jamais été à l’intérieur de l’ancien comté de Bagot, c’est-à-dire, Roxton Falls et Béthanie.

L’implantation du code postal canadien au cours des années 1972-1976, a contribué à éliminer le nom des comtés provinciaux dans l’adresse de nos correspondances. Jadis, on écrivait régulièrement le nom du comté provincial afin de faciliter la distribution du courrier entre les différents bureaux de poste. Par exemple, on écrivait Saint-Liboire de Bagot ou Saint-Liboire comté de Bagot lorsqu’on adressait un envoi à un correspondant habitant à Saint-Liboire. L’implantation du code postal et la mécanisation du triage du courrier demeurent des facteurs qui ont contribué à rendre le nom des comtés moins présent dans nos vies quotidiennes.

L’attachement, le sentiment d’appartenance au nom de comté de Bagot, s’est donc effacé au fil du temps.


Une proposition retenue
Lors de la phase de réflexion menant au changement de nom, Luc Cordeau, à la demande de la députée Brigitte Sansoucy, a fait des recherches et a validé la proposition à l’effet que le nouveau nom du comté soit celui de Saint-Hyacinthe-Acton. Ce nouveau nom sera d’ailleurs beaucoup plus représentatif de la région.

Faut-il s’inquiéter de la disparition du nom de Bagot? En cherchant des traces de son action comme Gouverneur en chef de la nouvelle province du Canada de 1841 à 1843, on se rend compte que Charles Bagot n’a pas été un personnage important pour notre région. Pour les nostalgiques, une municipalité (Sainte-Hélène-de-Bagot), un journal et certaines compagnies portent encore le nom de Bagot. 


Consultez l'article d'Alain Bérubé publié dans La Pensée de Bagot en cliquant ici.


Photo: Luc Cordeau et André A. Bourgeois, respectivement directeur-général et président du Centre d'histoire de Saint-Hyacinthe, entourent Francine Morin, préfet de la MRC des Maskoutains, Brigitte Sansoucy, députée de la circonscription de Saint-Hyacinthe - Bagot et Jean-Marie Laplante, préfet de la MRC d'Acton.


Source: La Pensée de Bagot, 23 mai 2018. Photo Annie Beauregard.