Le drapeau du Québec


"Ce drapeau pour notre province a ses racines dans la région maskoutaine et voilà une raison de plus pour nous de lui vouer respect et de l'arborer avec fierté", écrivait, en 1989, M. Raoul Bergeron, un ancien président du Centre d'histoire de Saint-Hyacinthe.

Samedi, le 21 janvier 2017, la municipalité de Saint-Jude accueillait le ministre de la Culture et des Communications (MCC) et ministre responsable de la Protection et de la Promotion de la langue française, monsieur Luc Fortin. Lors de son allocution, le ministre annonçait son intention de classer le drapeau de Carillon, à l’origine de l’actuel drapeau du Québec, comme bien patrimonial. 


Le drapeau de Carillon est conservé ici même au Centre d'histoire de Saint-Hyacinthe. C'est dans cet esprit de fierté et de respect que le Centre d'histoire vous propose une série de trois articles sur le fleurdelisé rédigé par d'anciens membres du Centre d'histoire qui sont aujourd'hui décédés. Ces textes furent publiés dans la chronique "Histoire d'ici" dans le Courrier de Saint-Hyacinthe.


Saviez-vous que c'est à Saint-Jude que le fleurdelisée tire ses origines? D'ailleurs, nous conservons au Centre d'histoire, ce premier drapeau nommé "Drapeau Carillon". Consultez le texte de M. Raymond Girouard à propos de l'origine du drapeau du Québec.

Nous publions également un autre texte de M. Girouard sur la Saint-Jean-Baptiste en 1905 à Saint-Jude qui retrace les actions de l'abbé Filiatrault, celui qui proposa le "Drapeau Carillon".

La question de l'adoption du drapeau du Québec a fait réagir Télesphore-Damien Bouchard au milieu des années 1940. M. Raoul Bergeron écrit à ce propos dans son texte "Ce drapeau pour notre province".