L'Armistice

Au Centre d'histoire de Saint-Hyacinthe, on se souvient. En cette journée du 11 novembre 2014, on vous propose quelques articles au sujet de la Grande Guerre et de l'Armistice.

D'abord, nous vous suggérons un texte d'Albert Rémillard sur la Grande Guerre 1914-1914.

Ensuite, lisez ce précieux témoignage de Camille Madore. M. Madore avait sept ans lors de la déclaration de la Grande Guerre et était présent lors de l'Armistice déclarée le 11 novembre 1918.

Le texte de Camille Madore rédigé en 1974 s'intitule La Guerre de 1914 et l'Armistice du 11 novembre 1918 à Saint-Hyacinthe.

Enfin, nous vous présentons ce texte sur l'Armistice.



Que la fleur du Souvenir
Devienne la fleur de la Paix.


Le coquelicot, c’est la fleur du Souvenir, celle qui nous rappelle que 114,000 Canadiens sont morts à la guerre. Mais c’est aussi la fleur de la Paix et de l’espérance, celle qui nous rappelle qu’en qualité de citoyens canadiens, nous avons tous des responsabilités. 

Aujourd’hui, les fleurs sont devenues autant de symboles de Paix. Mais le coquelicot fut vraiment la première fleur de Paix puisqu’il symbolise les sacrifices grâce auxquels nous avons obtenu la Paix. On l’appelle donc la fleur qui nous apporte la Paix. 

Les soldats, au cours de la Première Grande Guerre, avaient constaté que des coquelicots rouges poussaient fréquemment sur les lieux de repos de leurs frères d’armes. Ils s’en souvinrent la paix venue et c’est ainsi que le coquelicot leur rappela la somme énorme de sacrifices qu’entraîne la guerre. 

De nos jours, le coquelicot rappelle aussi aux Canadiens ces milliers de compatriotes qui ont fait le sacrifice suprême durant la Deuxième Grande Guerre pour libérer des millions d’Européens. 

La Pologne, la Hollande, la Belgique, la France, la Norvège, le Danemark bref, un continent tout entier était réduit à l’esclavage. La jeunesse canadienne a préféré combattre que de subir le même sort. Ils sont morts pour garantir l’intégrité de votre foyer; pour que vos enfants puissent fréquenter leurs écoles, pour vous garantir la liberté de culte. Ils sont morts aussi pour que vous puissiez vous lier d’amitié avec n’importe qui. 

Ce souci d’assurer votre paix et votre liberté leur importait plus que la vie elle-même. 

La population des localités où les Canadiens ont combattu a gardé un souvenir ému de nos braves. À Dieppe, en France, c’est les larmes aux yeux qu’on évoque le jour où les Canadiens sont arrivés. Ce fut un combat acharné et lorsque vient la nuit, les corps de plusieurs Canadiens jonchaient les plages.

Et lorsque les Dieppois évoquent ce débarquement, ils parlent tout simplement des Canadiens, des Fusiliers de Montréal ainsi que de l’Essex Scottish. On se souvient même du sergent Pierre Dubuc et de ses hommes qui, ce jour-là, avaient pénétré le plus profondément dans le port. Par une curieuse coïncidence, le sergent et ses onze hommes atteignaient cet endroit dit « Bassin du Canada », d’où les colons français s’étaient embarqués pour le Nouveau Monde plusieurs siècles auparavant.

Des Canadiens de toutes les origines ethniques ont combattu côte à côte et sont morts ensemble. Et ils reposent ensemble sous cette feuille d’érable qui symbolise leur Canada. C’est à titre de Canadiens qu’on honore leur mémoire dans les pays qu’ils ont libérés.

Tous les Canadiens, dans toutes les régions du pays, peuvent rendre hommage à leur mémoire en s’efforçant d’améliorer notre pays. Nous avons besoin de compréhension et de respect réciproques comme nous avons besoin de nous sentir unis. Le coquelicot nous rappelle que ce sentiment de solidarité avait cours durant la guerre. Il nous propose aussi cette tâche grandiose d’édifier, en étroite collaboration, un Canada puissant et uni. 

Les Canadiens qui ont fait le sacrifice suprême croyaient en un avenir meilleur. Il n’en tient qu’à chacun de nous de tendre vers cet avenir. Et ce faisant, nous pourrons vraiment dire que la fleur du sacrifice est aussi la fleur de la Paix.



Photo
http://club.doctissimo.fr/chicknglam/beaute-sensationel-572496/photo/champs-coquelicot-20137893.html.
Consulté le 11 novembre 2014.